DEBAUCHAGE DES ANCIENS CACIQUES DU PDS: MACKY RECONFIGURE LA FAMILLE LIBERALE

A travers la vaste opération de débauchage de ses anciens frères de parti qu’il a engagée depuis un bon moment, le Président Macky Sall fait une pierre deux coups : renforcer ses rangs et prendre autant que possible sa part de l’héritage d’Abdoulaye Wade, l’un des principaux enjeux de la présidentielle de 2019.

C’est une véritable opération de charme que le président de la République, Macky Sall est en train de mener depuis un bon moment contre ses anciens frères libéraux. Dans la course à la présidentielle de 2019 déjà lancée, le Parti démocratique sénégalais, ou plutôt ce qu’il en reste, constitue un enjeu de taille que se disputent le Président Macky Sall et ses ‘’frères’’ putatifs dont le leader de Rewmi, Idrissa Seck,  l’ex-ministre de la Coopération internationale, Karim Wade et dans une moindre mesure, l’ancien président du Sénat, Pape Diop. Dans cette bataille inévitable et déjà ouverte des héritiers d’Abdoulaye Wade, tous les coups semblent jusqu’ici permis. Au moment où Karim Wade fait des pieds et des mains pour s’emparer de la direction du parti avec l’appui et la complicité de son père biologique qui lui a d’ailleurs ouvert grandement le boulevard de sa succession, Idrissa Seck fait un appel du pied à ses frères libéraux en passant Abdoulaye Wade comme une victime dans son dilemme avec l’actuel président de la République. ‘’Aujourd’hui, ni l’Union africaine, ni la Cedeao, ni l’Uemoa, encore moins l’Onu ne font appel à Abdoulaye Wade, du seul fait du traitement que lui réserve Macky Sall. Je trouve cela indigne’’, a récemment déclaré Idrissa Seck au cours d’une visite effectuée à Porokhane, dans le berceau même du Mouridisme.

Cette déclaration de l’ancien Premier ministre et numéro deux du Pds n’a rien d’anodin dans le contexte politique actuel. Vu la situation politique du pays qui lui est plus que jamais favorable avec l’exil de Karim Wade et l’emprisonnement du député-maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, le soutien de ce qui reste du Parti démocratique sénégalais légitimerait davantage sa candidature et renforcerait ses rangs. Mais jusqu’ici, cet appel du pied reste sans effet significatif. Celui qui semble le plus bénéficier des défections notées dans les rangs des libéraux du Pds, c’est plutôt le président de la République.

Le chef de l’Etat, dans sa quête d’un second mandat en 2019, a décidé d’élargir les bases de sa coalition, Bennoo bokk yaakaar (BBY) qui ne semble ne plus lui suffir, à d’autres personnalités et forces politiques et de la société civile. Toutefois, force est de reconnaitre que cette grande offensive s’oriente plus vers son ancienne formation politique qu’aux autres acteurs du jeu politique sénégalais. Macky Sall a ainsi favorisé une vaste opération de débauchage de ses ex-frères de parti. Si certains d’entre eux, parmi lesquels l’ancien directeur général du Centre des œuvres universitaires, Sitor Ndour, l’ex-ministre de la Femme, Awa Ndiaye et l’ancienne ministre du Travail et des Organisation professionnelles, Innocence Ntap Ndiaye, ont très tôt répondu au chant des sirènes de l’actuel président de la République, d’autres ont hésité pendant un bon moment avant de se décider finalement à rejoindre les rangs du parti présidentiel. C’est le cas de l’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye qui, après avoir mis en place sa propre formation politique, l’Union nationale populaire, a déposé ses baluchons à l’Alliance pour la République. Dans les mêmes conditions, l’ancien ministre des Forces armées, Bécaye Diop a lui-aussi rejoint le parti présidentiel après avoir tenté l’aventure avec l’ancien président du Sénat, Pape Diop, par ailleurs, président de la Convergence libérale démocratique/Bokk gis gis (Cld/Bgg).

Auparavant, certains responsables libéraux, dont l’ancien ministre porte-parole de Wade, Serigne Mbacké Ndiaye, ont dès le début de la deuxième alternance rompu les amarres avec la direction du Pds, pour se rapprocher du parti présidentiel. Toujours aligné sur la position du président de la République comme lors du dernier référendum de 2016 où il a voté Oui alors que ses frères libéraux avaient opté pour le Non, Serigne Mbacké Ndiaye est jusqu’ici resté cohérent dans sa démarche. Il a de tout le temps soutenu l’actuel chef de l’Etat sous prétexte qu’ils sont issus de la même famille politique et donc, qu’ils ne peuvent pas se mener la guerre en tant que ‘’frères’’ de parti.

Dans cette opération de débauchages tous azimuts, les cadres libéraux n’ont pas été épargnés. Le Président Macky Sall a en effet, profité de la fronde organisée et dirigée par l’ancien ministre de la Santé, Modou Diagne Fada au sein du Pds, pour débaucher certains d’entre eux. Abdou Khafor Touré, Abdoulaye Sow, Fatou Thiam, Dior Diongue Ndoye, ancienne députée et ancienne présidente de la Commission féminine de l’Ujtl, Khady Diédhiou, ancienne députée libérale, Beydi Sèye, Alioune Badara Seck, ancien député et conseiller technique de Wade, tous ont été enrôlés en un temps record. Certains d’entre eux qui continuent toujours de résister, peuvent d’un moment à l’autre, céder. C’est le cas de Modou Diagne Fada qui, au moment où nous parlons, consulte les bases de son parti pour discuter de l’offre que lui a faite le président de la République. Venu lui présenter ses condoléances à la suite du rappel à Dieu de son oncle, Macky Sall l’a publiquement appelé à venir travailler avec lui au sein de la mouvance présidentielle. Une proposition qui ne semble point déplaire au président du parti politique Les démocrates réformateurs (Ldr/Yessal) qui pourrait lui être d’un grand soutien dans le département de Kébémer qu’il contrôle jalousement comme sa chasse gardée. Dès son exclusion du Pds, Modou Diagne Fada a aussitôt pris ses distances avec l’opposition classique incarnée par le Parti démocratique sénégalais et ses alliés traditionnels du Front patriotique pour la défense de la République. Il s’est ainsi constitué une troisième voie pour non seulement participer aux élections législatives du 30 juillet 2017 à l’issue desquelles il a été élu député, mais également aux concertations sur le processus électoral engagées en perspective des prochaines échéances électorales, à travers le Cadre de l’opposition pour la régularité, la clarté et la transparence des élections (Corecte), composé, entre autres formations politiques que Ldr/Yessal, de l’Union des centristes sénégalais (UCS) d’Abdoulaye Baldé, And Saxal ligey de Aïda Mbodj, le PUR, le parti VISA de Dethié Diouf, ‘’Oser l’avenir’’ de Aissata Tall Sall, SUD de Moustapha Guirassy, et MPCL de Cheikh Tidiane Gadio. Ensemble, ces partis ont pris le contrepied de l’opposition dite signification qui a opté pour la politique de la chaise vide, en acceptant de prendre part aux concertations sur le processus électoral.

Celle qui pourrait également rejoindre le camp présidentiel sans surprise, c’est Aïda Mbodj. Malgré le fossé qui la sépare de la mouvance présidentielle surtout à Bambey, dans son fief, la présidente de l’Alliance nationale pour la démocratie/And saxal liggëy, pourrait franchir le pas au moment du choix. Car, elle a plus à gagner avec le Président Macky Sall qu’avec ses ex-frères libéraux avec qui, elle n’est plus en odeur de sainteté.

Tout comme l’ex-présidente du Conseil départemental de Bambey, le député-maire de Ziguinchor pourrait lui aussi rejoindre le camp présidentiel. Les négociations entamées entre Abdoulaye Baldé et les tenants du pouvoir pourraient en effet aboutir sur des résultats concluants pour les deux parties. Cela, d’autant que les récentes déclarations du leader de l’Union centriste sénégalais (Ucs) lors du meeting de Aminata Angélique Manga laisse présager une transhumance en vue.

Bataille des héritiers en vue

Au-delà des calculs politiques et autres considérations politiciennes qui pourraient bien se cacher derrière, ces opérations de débauchage pourraient s’expliquer par la volonté du chef de l’Etat de recomposer la famille libérale. D’ailleurs, si les prochaines élections (présidentielle et législatives) à venir revêtent un caractère assez particulier pour le Président Macky Sall et pour ses potentiels adversaires issus de la famille libérale, c’est qu’elles marquent un tournant décisif dans l’histoire politique du Sénégal et ouvrent une nouvelle ère politique. Depuis 40 ans, ce sont les premières élections qui se tiendront au Sénégal sans le leader charismatique de l’opposition, Me Abdoulaye Wade, déchu à l’issue de la présidentielle de 2012. A partir de ce moment, l’électorat de Wade devient un enjeu de taille. Idrissa Seck et dans une moindre mesure Pape Diop vont certes travailler à en prendre leurs parts. Mais Macky Sall semble déjà avoir une avance sur eux en accueillant dans son escarcelle, beaucoup de ses anciens camarades de parti. Et ce processus enclenché risque de s’accentuer au fur et à mesure qu’on s’approche des prochaines élections. A côté de ceux qui ont déjà décidé de rejoindre le ‘’Macky’’, il y a une masse silencieuse qui hésite encore et qui, le moment venu, sera obligé de choisir son camp. Aussi, les renouvellements qui s’annoncent au Pds seront-ils sources de crises et d’éclatements. Ainsi, tous les libéraux ‘’antikarimistes’’ (qui ne sont pas d’accord avec la désignation de Karim Wade comme le successeur naturel de son père à la tête du Pds) auront le choix soit de rejoindre le camp présidentiel, soit de prendre leur destin en main.

 

 

 

 

 

Related posts

Leave a Comment