PARRAINAGE : LE PDS ACCUSE MACKY DE VOULOIR CONTRÔLER LES CANDIDATURES

La condamnation du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall à cinq ans de prison en plus d’une amende de 5 millions de nos francs continue de susciter l’indignation de l’opposition sénégalaise. Le Parti démocratique sénégalais qui n’est pas en reste dans le combat pour la libération de l’édile socialiste dénonce un procès en sorcellerie dans le seul but de l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle. A l’image de ce qui a été fait à Karim Meissa Wade, candidat du Pds, Oumar Sarr et ses camarades estiment que la justice a été instrumentalisée pour éliminer une candidature à l’élection présidentielle. Ainsi, le comité directeur du Pds met en garde le pouvoir qui, à l’en croire, ‘’s’est soumis des pans entiers de la justice pour un règlement de compte politique’’. D’ailleurs, ils demandent aux juges de prendre leurs responsabilités.
Se prononçant par ailleurs sur le projet de loi portant révision de la constitution imposant un parrainage de 1% des électeurs inscrits, le comité directeur du Pds fustige la décision ‘’inique’’ du gouvernement qui, après avoir fait voter des modifications de la constitution par référendum, tente encore de nouvelles modifications qu’il soumet à sa majorité mécanique dans l’unique but de contrôler les candidatures à l’élection présidentielle. Selon Oumar Sarr et ses camarades, dans la manipulation envisagée pour contrôler les candidatures, Macky Sall a introduit la centralisation de toutes les opérations électorales par le ministère de l’Intérieur tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, l’interdiction d’utiliser l’effigie d’une personne, la modification des conditions de recevabilité des candidatures à l’élection présidentielle. Ainsi, l’inscription sur les listes électorales devient une condition substantielle de recevabilité d’une candidature, ce que la loi en vigueur actuellement n’impose pas. ‘’L’objectif caché est d’empêcher la candidature de Karim Wade en contestant son inscription sur les listes électorales alors pourtant qu’il n’a jamais été privé de l’un quelconque de ses droits civils, civiques et politiques’’, fulminent les libéraux. Ils demandent au peuple sénégalais de s’opposer par tous les moyens à cette inacceptable tentative de Macky Sall de se soumettre les institutions en transformant notre démocratie en un système autoritaire au service exclusif de la famille, du clan, des amis et d’obtenir par la force un improbable second mandat.

Related posts

Leave a Comment