Jean-Yves Le Drian au Burkina: la «coopération, meilleure riposte au terrorisme»

Jean-Yves Le Drian, le ministre français de Affaires étrangères était à Ouagadougou ce vendredi 16 mars deux semaines après l’attaque de l’état-major général des armées et de l’ambassade de France. Le chef de la diplomatie française est allé exprimer sa solidarité au président Kaboré et a saisi l’occasion pour discuter des futures actions à mener dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. La France et ses partenaires sont dans une relation à la fois confiante, amicale, mais aussi offensive, a déclaré Jean-Yves Le Drian.

C’est la première visite d’un membre du gouvernement français depuis la double attaque de l’ambassade française et l’état-major général des armées le 2 mars dernier. Le président Roch Kaboré et le chef de la diplomatie française se sont entretenus pendant une cinquantaine de minutes.

Jean-Yves Le Drian est venu faire part de la solidarité de la France suite aux attaques. Selon le ministre français des Affaires étrangères, la meilleure riposte face au terrorisme réside dans le renforcement de la coopération.

« Et donc notre riposte à la France et au Burkina, c’est de renforcer notre coopération. Puis, la riposte c’est aussi de faire en sorte que le G5 Sahel, la force conjointe, se renforce, multiplie les initiatives, et que ce combat contre le terrorisme – qui est à la fois un terrorisme idéologique, de radicalisme islamiste, mais c’est aussi un narco-terrorisme, c’est aussi un terrorisme des trafics, les uns se confortant avec les autres, dans une spirale qui peut être parfois dramatique -, ce combat-là nous continuons à le mener en commun », a déclaré le chef de la diplomatie française.

Dans le cadre du renforcement de cette coopération, la France se dit disposée à toujours apporter son soutien au Burkina Faso, et ce en fonction des besoins qu’exprimera le gouvernement burkinabè.

Après la présidence, le ministre Jean-Yves Le Drian s’est entretenu avec la communauté française. Il a souligné que la sécurité sera renforcée autour de l’ambassade de France à Ouagadougou et que son pays ne suspendra pas le financement des projets au Burkina Faso.

Related posts

Leave a Comment